Marie Frasseto, enseignante, formée au RYE, a mis en place en 2016 un projet pédagogique avec la classe de CM2 de son mari. Pendant 6 mois, elle a réalisé avec les élèves, une série de 11 vidéos mettant en lumière des exercices simples et efficaces à faire en classe. Témoignage d’une expérience terrain réussie.

Je suis maman, yogi et enseignante en sciences non-titulaire, ce qui m’a permis durant toute ma carrière de travailler avec différents publics et avec des enfants du primaire au lycée.  J’ai suivi ma formation RYE en 2014 : cela a été un véritable déclic dans ma manière d’enseigner. Rapidement, j’ai pu expérimenter en classe les exercices que les formatrices nous communiquaient et observer leurs bienfaits sur les élèves. Depuis, j’interviens dans différents établissements et propose les pratiques RYE en salle d’éducation physique et en classe.

Des vidéos d’exercices de yoga pour la classe, dans 3 langues

Lors de l’année scolaire 2015-2016, j’ai monté un projet pédagogique avec mon mari, Philippe Frasseto lui-même enseignant en classe de CM2. Vivant à travers moi l’expérience du yoga en classe, il souhaitait s’impliquer dans une aventure similaire. Avec les 18 élèves de sa classe de l’école Georges Charpak de Bastia, nous avons réalisé 11 vidéos montrant et expliquant le déroulement de pratiques de yoga adaptées à la classe. En plus des postures de base – assis et debout – chacune des vidéos met en lumière un exercice permettant l’un de ces objectifs : se concentrer, se dynamiser, se calmer.

Nous avons mené ce projet de janvier à juin 2016 avec l’aide de la réalisatrice Anne de Giafferri. Les enfants ont enregistré leur voix off dans les studios de Radio France et ce en 3 langues : français, anglais et corse. Nous souhaitions en effet donner une dimension supplémentaire au projet : combiner l’apprentissage des postures de yoga à celle des langues.

Pourquoi utiliser le format de la vidéo ?

De multiples raisons m’ont conduite à privilégier le format de la vidéo. D’abord, c’était un moyen de faire pratiquer les exercices aux élèves sur le long-terme. Pour que les films soient réussis, il fallait qu’ils connaissent, intériorisent et vivent les postures. Tous les jours en classe, mon mari leur faisait donc pratiquer un ou plusieurs exercices : « Tarzan » pour se redonner de l’énergie, « la respiration géométrique du triangle » pour se calmer, etc. Le travail de la voix off était également important. Les enfants ont dû apprendre à maîtriser leur voix et leur respiration pour créer le bon son, au bon rythme. Une expérience qui nécessite de prendre confiance en soi. Enfin, le format de la vidéo me permet surtout de diffuser ce projet à grande échelle. Ces vidéos représentent un outil pédagogique pour faire pratiquer le yoga aux enfants de manière simple, agréable et efficace. Elles sont disponibles de manière gratuite et illimitée sur notre site internet. J’espère qu’elles pourront toucher le plus d’enseignants et de parents possibles.

[VIDEO : La danse des abeilles ]

L’impact sur les enfants : attention et vivre-ensemble

Ce projet a eu des effets directs dans deux domaines. D’une part, il a permis d’augmenter significativement la capacité d’attention des élèves. Les exercices leur permettaient, en prenant conscience de leurs corps, de revenir à ce qu’ils faisaient, de s’extraire de la distraction environnante.

Ensuite, le fait que les enfants soient porteurs du projet, les a responsabilisés et leur a appris à travailler ensemble. Le climat de la classe et le vivre-ensemble s’en est trouvé grandement amélioré. Les élèves ont véritablement développé leur savoir-être. Dans les témoignages récoltés à la fin du projet, j’ai ainsi été ravie de trouver des phrases comme celles-ci : « si quelqu’un nous embête, le yoga nous permet de nous calmer et de ne pas s’énerver », « à force de travailler ensemble, ça nous rapproche un peu », « on gère mieux les disputes : on peut se parler, on évite les coups ».

J’ai également été heureuse de constater que la pratique régulière des exercices avait déclenché certains automatismes chez les élèves. En classe : « souvent je me rends compte que j’ai le dos tordu, alors je me redresse ». Mais aussi à la maison : « le soir j’utilise l’exercice du triangle et après je m’endors », « quand je suis stressé chez moi, je souffle par le nez ».

La suite ?

Nous avons la chance que le projet ait été très bien accueilli du début à la fin. Nous avons été très soutenus dans notre démarche par l’inspecteur et l’académie. Nous avons par ailleurs reçu une aide de la région qui nous a alloué deux enveloppes (700 et 1000 euros). Celles-ci ont permis de financer la création du site internet et de la musique.

Aujourd’hui, je souhaite poursuivre l’expérience et la décliner à d’autres niveaux : en cycle 1 par exemple. Je continue également à intervenir dans le temps scolaire avec des équipes curieuses de ma démarche et désireuses de réutiliser les techniques RYE comme outil pédagogique. Cette année scolaire 2016/2017 l’OCCE (Office Central de la Coopération à l’Ecole) Haute-Corse propose aux écoles du département l’action FACE (Favoriser l’Attention et la Concentration dans l’Enseignement). Dans 9 établissements, je propose donc en classe, des petites séances d’éducation « physique » pour retrouver du calme, de l’attention, de la motivation et de la confiance en soi. Ces techniques du RYE concourent à des effets ciblés par les programmes nouveaux des Instructions Officielles.

Mon mari, quant à lui, continue à utiliser les exercices avec ses élèves au quotidien. Il suit le MOOC du CRI, les Savanturiers du cerveau de l’université Paris Descartes et mène actuellement avec sa classe de CE2/CM1, un projet de recherche avec ses élèves et un scientifique mentor sur l’utilisation du corps à l’école.

Nous sommes tous les deux convaincus que le corps qui se meut en classe a un véritable impact sur l’attention. Voilà donc le début – nous l’espérons – d’une grande aventure…