Le témoignage très convaincant de Mme Lebelle – conseillère pédagogique en EPS dans la circonscription de Langon – relate les effets produits par l’introduction de quelques techniques RYE en classe. Les séances de formation des enseignants ont été animées par Christine Dulou, formatrice au RYE France.

 

Pourquoi une formation « yoga » à l’école ?

« Développer le bien-être à l’école en s’appuyant sur la pratique du yoga », tel était l’objectif de l’un des modules proposé aux enseignants de la circonscription de Langon dans le cadre de leur plan de formation.

Ce sont plus de cent d’entre eux qui ont répondu présents, soit environ un tiers de la circonscription, faisant émerger par là même que cette proposition répondait à des besoins prégnants.

La genèse…

Depuis quelques temps, comme dans beaucoup d’autres circonscriptions, les enseignants nous faisaient remonter leur difficulté à gérer leur classe avec des enfants peu concentrés, peu motivés, vite fatigués et rentrant donc difficilement dans les apprentissages. Ces comportements pouvaient parfois même tendre vers l’incivilité voire la violence entre pairs et avec les adultes.

Au détour de discussions comme on en a fréquemment entre collègues, une enseignante pratiquant le yoga m’a suggéré de proposer cette formation et m’a fait rencontrer Christine Dulou, professeur de yoga et membre du RYE (Recherche sur le Yoga dans l’Éducation), association agréée par le ministère de l’Éducation nationale.

Nous nous sommes donc rencontrées pour échanger sur ce qu’il était possible de proposer dans le respect des besoins et des singularités de chacun. Nous avons rapidement compris que nous étions sur la même longueur d’onde dans notre vision de l’enfant et il a donc été très facile de se mettre d’accord sur des objectifs et contenus de formation.

Aussi, avec l’accord de l’Inspectrice, nous avons décidé de proposer ce module «Développer le bien- être à l’école en s’appuyant sur la pratique du yoga » aux enseignants de la circonscription.

L’organisation de la formation

La formation s’est articulée en trois modules de trois heures.

La première séance, conçue autour d’une pratique personnelle, avait pour objectif l’appropriation de petits exercices très courts, facilement réinvestissables en classe.

La pratique s’est déroulée essentiellement sur chaise afin de faire prendre conscience de la possibilité de pratiquer en classe, sans dispositif ni matériel particulier. Après chacun des exercices, Christine a expliqué le sens de ces exercices, l’objectif visé, le moment privilégié pour les pratiquer et les adaptations possibles en fonction de l’âge des élèves. À l’issue de la séance, un descriptif détaillé des exercices vécus (sorte de pas à pas) a été remis aux enseignants, afin qu’ils puissent expérimenter dans leurs classes.

La deuxième séance était conçue « à distance », devant permettre aux enseignants de s’approprier les documents donnés, d’expérimenter avec leurs élèves et de tenir un « carnet de bord » faisant émerger divers aspects de la pratique (exercice proposé, date, durée et moment de la journée, objectif visé, ressenti général, ressenti des élèves, effets et répercutions,…) et permettant également de pointer plus généralement les réussites et les difficultés rencontrées. Tout cela étant à faire remonter aux formateurs afin d’en faire le matériau de la dernière séance.

Cette troisième séance a donc eu pour objectif d’échanger sur cette expérimentation, de mettre en avant les réussites et de tenter de lever les difficultés rencontrées (élèves ne participant pas, voire perturbateurs, enseignants ne se sentant pas forcément à l’aise, exercices difficiles…).

Elle a été l’occasion également d’approfondir la pratique en travaillant cette fois au sol, individuellement ou à deux, sur des exercices de relaxation.

Ce qu’en disent les enseignants

Les ressentis personnels

Tout d’abord, à titre personnel, certains qui ne connaissaient pas évoquent une « belle rencontre » avec le yoga.
La majorité fait part d’un ressenti de bien-être, de détente, de relâchement, d’un enrichissement personnel, voire même d’un « cadeau pour nous ».

Une formation dont les participants soulignent, au-delà de l’aspect professionnel, l’aspect personnel bénéfique.

La formation

Il y a consensus pour dire que le fait de pratiquer est essentiel.

En effet, le fait de ressentir des bienfaits évidents conforte dans l’idée de faire pratiquer les élèves, donne envie. De plus, cette prise de conscience corporelle, permet de mieux s’approprier et mémoriser les exercices, d’en ressentir les effets, pour les faire vivre par la suite de manière plus assurée. Elle permet également d’identifier ce qui peut être une gêne et ainsi de mieux comprendre les réticences éventuelles des élèves.

Le fait de pratiquer sur chaise, sans dispositif ni matériel particulier et en grand groupe (50), permet de transposer directement en classe.

L’alternance de la pratique et des explications sur les exercices vécus est primordiale. Elle permet la réflexivité et le recul sur les objectifs pédagogiques dans le cadre de la pratique de classe. De plus le document d’accompagnement remis à l’issue de la première séance facilite grandement la mise en œuvre par le maître qui ne se vit pas comme un « expert » de l’activité. L’aspect très concret participe grandement de la motivation des enseignants à expérimenter.

Le retour sur les expériences est riche en ce qu’il permet de valoriser les réussites et de lever des difficultés, de se rassurer, de s’encourager, de se motiver, de mutualiser des ressources.

L’intervention d’une professionnelle très compétente, ouverte, apaisante, rassurante, respectueuse de tous, est un atout primordial unanimement souligné.

Les effets sur les élèves

Même si on ne pourra tirer de conclusions qu’à plus long terme, déjà certains constats émergent : une augmentation des capacités d’attention, de concentration, de recentrage sur la tâche ; des élèves plus motivés, qui se mettent plus facilement au travail, des transitions facilitées lors des changements d’activité ; des élèves plus détendus, plus apaisés et moins fatigués ; un relationnel amélioré.

De plus, les élèves semblent ressentir assez rapidement les effets bienfaisants de ces pratiques. Pour la plupart, ils se laissent aller facilement et deviennent très demandeurs.

Il s’agit aussi plus largement de réinvestir son corps dans tous les moments de la scolarité et pas seulement en EPS et par là même de construire « un esprit sain dans un corps sain ».

L’avenir

Forts de cette expérience au bilan unanimement positif, nous avons décidé de reconduire cette année ce module dans le cadre de notre plan de formation. L’objectif en a été un peu modifié
« Favoriser les apprentissages par la pratique du yoga », mais fondamentalement rien ne change. Une cinquantaine de personnes sont d’ores et déjà inscrites…

Merci donc au RYE et particulièrement à Christine Dulou, pour ce partenariat extrêmement fécond au service des élèves qui nous sont confiés.