Sylvie Lobbedez est enseignante d’anglais et professeure de yoga. Elle est formée aux techniques RYE et introduit le yoga dans ses cours depuis plusieurs années. Elle a mis en place un échange scolaire entre ses élèves français et des étudiants d’un lycée de Pondichéry en Inde. Une expérience culturelle autant qu’humaine, dans laquelle le yoga et la méditation ont toute leur place.

 

Comment avez-vous découvert le yoga dans l’éducation ?

S.L. Je suis enseignante d’anglais et professeure de yoga diplômée de l’Institut Français du Yoga (IFY). Dès que j’ai découvert le yoga, je me suis intéressée à sa possible transmission auprès de mes élèves.

C’est pourquoi, une fois mon diplôme de l’IFY obtenu et des bases solides en yoga acquises, je me suis immédiatement inscrite aux formations du RYE. J’y ai appris des techniques de yoga et de relaxation adaptées à la classe, ce qui m’a permis au fur et à mesure d’en faire meilleur usage auprès de mes élèves.

 

Comment introduisez-vous le yoga auprès de vos élèves ?

S.L. J’introduis le yoga dans mes cours depuis 5 ans. J’ai commencé timidement avec quelques exercices pour les aider à se relaxer ou au contraire à gagner en énergie. Avec les techniques RYE, je me suis sentie plus en confiance et plus solide pour mettre en place un véritable rituel.

Aujourd’hui, les « instants yoga » font partie intégrante de mes cours : nous faisons l’exercice du dos droit au début de la classe, nous pratiquons aussi des étirements et des torsions pour replacer la colonne vertébrale et l’attention ou encore des petites rotations de la conscience avant un examen. Tous mes élèves y passent : collège et lycée, de la 6ème à la terminale. Ils adorent ça ! Depuis que je fais du yoga en classe, c’est impressionnant comme l’atmosphère s’est améliorée. Cela a bouleversé mon enseignement et a complètement redéfini notre rapport élèves-professeur.

Je précise également qu’étant professeure d’anglais dans un lycée international, toutes mes séances de yoga sont réalisées en anglais.

 

Pouvez-vous nous parler de votre projet d’échange scolaire avec l’Inde ?

S.L. L’Inde et le yoga sont très imbriqués dans mon projet personnel. Il n’y a pas de raison particulière, je suis juste très intéressée par l’Inde, sa culture et ses traditions. Il y a plusieurs années, j’ai proposé à mes élèves un échange de lettres avec des correspondants indiens. Au bout d’un moment je me suis dit : et si on se rencontrait en vrai ?!

Depuis 5 ans, j’organise donc, une année sur deux, un échange en Inde avec des étudiants du lycée privé « Achariya » à Pondichéry. En janvier 2017, j’ai emmené mon 3e groupe là-bas. Le principe est le même que pour tous les échanges scolaires : les indiens viennent en France, pris en charge par les familles françaises et vice versa. Dans le pays d’accueil, les correspondants partagent leurs journées entre l’école et les visites. L’objectif est vraiment d’aller à la rencontre de l’autre, de vivre à l’indienne…ou à la française !

Comment choisissez-vous et préparez-vous les élèves ?

S.L. Dans notre établissement, une vingtaine d’élèves sont sélectionnés parmi ceux qui candidatent. Nous mixons différents niveaux – 4e, 1ère et terminale – en fonction de la motivation des enfants, de leur ouverture d’esprit et de leur implication.

Le projet s’étale sur deux ans, ce qui me permet de préparer les élèves l’année précédant leur départ. J’organise des séquences spéciales sur l’Inde, mêlant apprentissage de la culture, vidéos, activités et séances de yoga bien sûr. Le groupe de cette année a particulièrement bien marché. Nous avons formé les élèves avec toutes les techniques du RYE en suivant les différentes étapes de l’échelle de Patanjali.

Nous avons surtout travaillé sur le vivre ensemble et la connaissance de l’autre, ce qui est primordial dans le cadre d’un projet qui mène à la découverte d’un pays étranger. Je demande avant tout aux enfants de faire preuve d’une grande ouverture d’esprit car, d’un côté comme de l’autre, il s’agit d’un véritable choc culturel. Même si les petits français ont souvent déjà voyagé, la culture indienne est à mille lieux de celle que nous connaissons. À l’inverse, pour les élèves indiens, cet échange est souvent leur première sortie en dehors de leur pays.

 

Quelle est la place du yoga dans cet échange ? Est-il enseigné différemment en Inde ?

S.L. Le yoga est vraiment le fil rouge de l’échange. Lorsque nous sommes là-bas, mes élèves participent au cours de yoga avec leurs correspondants ainsi qu’à la séance de méditation qui a lieu tous les midis à l’école et qui est obligatoire. En France, nous organisons une matinée yoga et jeux sur la plage d’Antibes.

En Inde, le yoga est de plus en plus implanté à l’école même si ça n’a pas toujours été le cas. Le premier ministre indien a récemment ré-instauré le 21 juin comme la journée nationale du yoga dans le pays. Cela contribue à son redéploiement dans les établissements scolaires.

Lors de notre voyage en janvier, j’ai suivi une des professeurs du lycée Achariya pour un stage de yoga réservé aux enseignants. J’ai pu constater que les postures et les exercices qu’ils apprenaient étaient sensiblement similaires aux techniques du RYE. À la différence près que le yoga indien est plus physique et un peu moins précautionneux qu’en France lorsqu’il est appliqué aux enfants.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaiteraient organiser un projet similaire ?

S.L. L’organisation d’un échange scolaire à l’autre bout du monde est forcément compliquée donc il faut faire preuve de ténacité. Le plus important est d’avoir un homologue de confiance et impliqué dans le pays d’échange. Il faut surtout faire preuve de beaucoup de patience au début pour mettre le projet sur pied : le budgétiser, le présenter à la direction puis au conseil d’administration…

Il faut également avoir envie d’en faire profiter les parents autant que les enfants. Cette année, nous avions mis en place un groupe Whatsapp sur lequel les parents pouvaient recevoir des photos et des vidéos. Nous avons eu un retour très positif des familles, en France comme en Inde. Ce n’est pas un voyage touristique, c’est vraiment un échange culturel, l’expérience d’une vie.

Nous allons bien sûr réitérer l’aventure. Prochain départ : janvier 2019 !

 

Découvrez l’article de Nice Matin à propos du projet d’échange de Sylvie.