La maîtrise du corps (SUITE)

2°) COORDINATION

 

A partir du livre « La psychomotricité au service de l’enfant »

Bruno DE LIÈVRE et Lucie STAES

Ed. De Boeck et Belin

Depuis sa création, le RYE est animé par une constante démarche de recherche sur les meilleurs moyens de transmettre le yoga aux enfants et aux jeunes. Sur notre site internet, nous donnons notamment la parole à différents spécialistes qui ont tous une expertise reconnue dans les milieux du yoga et de l’éducation. Voici le troisième volet d’une série d’articles rédigés par Michèle DESRUES – pédiatre et professeure de yoga – sur l’accompagnement du yoga dans l’acquisition du schéma corporel et le développement de l’enfant à tout âge.

Au cours des deux premiers volets de cette série consacrée à la notion du schéma corporel, nous avions précisément abordé ce processus de développement chez l’enfant, ainsi que les premières étapes de son acquisition : le corps subi, le corps vécu, le corps perçu, le corps connu, le corps exprimé et enfin le corps maîtrisé, qui a fait l’objet de notre dernière chronique.

Dans ce nouvel article, nous allons désormais nous pencher sur la notion de coordination, essentielle dans la construction du schéma corporel.

 

LA COORDINATION

C’est la combinaison des contractions musculaires en vue de la réalisation harmonieuse d’un mouvement. Elle est assurée par un bon fonctionnement du tonus, de la proprioception, de la motricité et du cervelet.

On peut distinguer :

  1. La coordination dynamique globale : elle met tout le corps en action 
  2. La coordination « association-dissociation » de mouvements : c’est un travail plus analytique 
  3. La coordination oculomotrice : l’activité motrice est associée à un travail visuel

 

Evolution normale :

  • – Avant 3 ans, seul le but à atteindre est conscient mais le geste n’est pas maîtrisé. La répétition est un facteur d’amélioration de la qualité et de la vitesse de l’action.

 

  • – De 3 à 7 ans, le geste est de plus en plus conscient et maîtrisé et l’imitation de plus en plus correcte.

 

  • – De 7 à 9 ans, les capacités d’inhibition, d’anticipation, de coordination plus complexes sont en place.

La présentation de jeux collectifs est effectuée à cet âge. L’enfant n’est plus centré exclusivement sur lui-même. Il pourra passer à une activité en collaboration avec d’autres enfants.

 

  • – De 10 à 12 ans, l’association corps-espace-temps est plus complète. Les exercices peuvent se compliquer davantage ce qui permet l’approche de pratiques sportives qui exigent de plus en plus de travail d’équipe.

 

Exercices :

Les exercices choisis pour une certaine tranche d’âge seront poursuivis avec les enfants plus âgés auxquels on demandera une plus grande qualité d’exécution.

 

1. Coordination dynamique globale

Exercices globaux pour tout le corps.

Quelques exemples :

 

  • Avant 3 ans :

– Courses libres

– Marche avec passages d’obstacles

– Passages d’engins : grimper sur des chaises, passer sous une table, ramper…

 

 

  • De 3 à 7 ans :
  • 3 ans :

– Courses avec sauts, de haut en bas (de 15 à 45 cm), sauts de lapins, marche à

quatre pattes 

 

  • 4 ans :

– Sauts en hauteur (10 cm), sauts à cloche-pied du pied dominant, course suivie de

saut, grimper sur une chaise, en sauter…

 

  •  5 ans :

– Culbutes avant, sauts d’obstacles (20 cm), sauts à cloche-pied (d’un pied ou de

l’autre), sautillement sur place avec mouvements des bras 

 

  • 6 – 7 ans :

– Mêmes exercices, mais avec plus de maîtrise, des obstacles plus hauts ou plus longs.

 

  • 7 – 9 ans :

– Tous les exercices d’agilité, d’appuis, tous les sauts…

 

2. Coordination association ou dissociation de mouvements

 

a) Association pure

Ces exercices mettent en jeu des groupes musculaires qui travaillent simultanément de façon parallèle.

Exemples :

  •  3 ans :

– Lever en même temps les deux bras jusqu’à 180° 

– Applaudir 

– Taper en même temps les deux mains sur la table

 

 

  • 4 ans :

– Assis sur le sol, jambes fléchies : taper les deux pieds en même temps sur le sol 

– Assis sur le sol : écarter et fermer les jambes 

– Lever les deux bras jusqu’à 90°

 

 

  • 5 ans :

– Sauter pour écarter et fermer les jambes 

– Lever les bras vers l’avant, sur le côté 

– Balancer les deux bras sur le côté, vers l’avant 

– Tourner les deux bras ensemble vers l’avant ou vers l’arrière.

 

 

  • 6 – 7 ans :

– Mêmes exercices mais avec plus de maîtrise 

 

 

  • 7 – 9 ans :

– Tous les exercices d’agilité, de suspension, d’appuis, tous les sauts…

 

b) Dissociation pure

Par dissociation, on entend la possibilité de contracter isolément un groupe musculaire en laissant le reste du corps immobile, ce qui exige une activité mentale importante qui prépare et accompagne le mouvement.

 

Exemples :

  •  3 ans :

– Lever un seul bras

– Assis sur le sol, lever une seule jambe

 

 

  •  4 ans :

– Taper d’une main sur la table 

– Baisser la tête 

– Taper d’un pied sur le sol

 

 

  • 5 ans :

– Bras levé devant soi, ouvrir et fermer la main 

– Réaliser un mouvement décomposé : lever un bras à l’horizontale puis l’autre bras

à la verticale, revenir un bras après l’autre

 

 

  • 6 ans :

– Balancer un bras, soit d’avant en arrière, soit sur le côté, mais en limitant l’amplitude du mouvement (soit 180° soit 90°) 

– Faire un clin d’œil 

– Opposer le pouce à chaque doigt d’une main

– Debout, main appuyée sur une table (par ex.), balancer une jambe d’avant en arrière. Bien localiser le mouvement dans la hanche et éviter les mouvements du bassin et du tronc 

–  A genoux, poser un pied devant soi 

– Tourner la tête sans bouger le corps

 

 

  • 7 ans :

– Assis, jambes allongées, fléchir et étendre une jambe 

– Debout, déplacer une jambe sur le côté et revenir en croisant devant la jambe d’appui 

– Lever le bras gauche à l’horizontale, puis le bras droit ; lever le bras gauche à la

verticale, puis le bras droit ; revenir en décomposant de la même façon 

 

 

  • 8 ans :

– Tourner la main sur la table, paume vers le haut, vers le bas

– A genoux, étendre une jambe sur le côté 

– Compliquer les exemples précédents

 

 

c) Association et dissociation combinées

Il s’agit d’exercices qui associent un travail simultané de plusieurs groupes musculaires et différent d’un groupe par rapport à un autre. Ils sont souvent appelés simplement “exercices de coordination”.

 

Exemples :

  • 4 ans :

– Marcher et frapper dans les mains 

– Assis au sol, pédaler avec les jambes 

– Couché sur le ventre, fléchir un genou pendant que l’autre s’étend 

 

 

  • 5 ans :

– Taper alternativement les mains sur la table

– Assis, taper alternativement les pieds sur le sol 

– Marcher en décrivant de grands cercles avec les bras 

– Marcher comme un soldat en levant les genoux et en balançant les bras tendus 

 

 

  • 6 ans :

– Sauter seul à la corde 

– Nager 

– Poser une main sur l’oreille tandis que l’autre bras s’étend sur le côté 

– Lever un genou tout en levant les deux bras vers l’avant 

 

 

  • 7 ans :

– Sautiller en faisant des mouvements des bras 

– Marcher et frapper des mains une fois en avant et une fois derrière le dos 

– Marcher en faisant rebondir une balle avec une main 

 

 

  • 8 ans :

– Assis, jambe droite allongée, jambe gauche fléchie : frapper le sol du pied droit de part et d’autre de la jambe gauche tout en scandant le rythme avec les mains 

– Bras tendus vers l’avant, une main fermée, l’autre ouverte : inverser la position des deux mains en même temps 

 

 

  • Pour les enfants plus âgés :

   Il est possible de combiner le travail de deux, trois ou quatre membres en variant :

  • > l’amplitude des mouvements (un bras à 45°, l’autre à 90°…)
  • > le rythme des mouvements (un mouvement des pieds pour deux mouvements des bras…)
  • > les plans des mouvements (les jambes se déplacent sur le côté et les bras d’avant en arrière…)

 

3) Coordination oculomotrice

C’est la coordination entre les yeux et le reste du corps.

 

a. Coordination oculo-manuelle

Le regard est associé au travail des mains et des bras.

 

  • 3 ans :

– Enfiler des grosses perles 

– Coller des gommettes 

– Empiler des blocs 

– Attraper un ballon 

 

 

  • 4 ans :

– Boutonnage

– Découpages simples

– Lancer de balles à un compagnon, contre  un mur, dans un panier posé au sol 

 

 

  • 5 ans :

– Lancer de balles sur une grande distance ou sur une cible plus haute 

– Enfiler de petites perles 

– Jeux de billes 

 

 

  • 6 ans :

Lacer une chaussure (passer  à travers les œillets) 

– Nouer un lacet 

– Dribbler d’une main 

– Faire des passes de ballon en marchant 

 

 

  • 7 ans :

– Reproduire des nœuds avec des cordes 

– Lâcher et rattraper un bâton 

– Lancer de ballon sur un panneau de basket 

– Passe de balles en marchant

 

 

  • 8 ans et plus :

– Jongler

– Augmenter la distance, la précision et la vitesse des lancers

 

 

 

b. Coordination oculo-pédestre

Le regard se coordonne au travail des pieds ou des jambes.

 

 

  • 3 ans :

– Marcher sur des plots 

– Shooter sur une balle à l’arrêt (dans n’importe quelle direction) 

– Sauter au-dessus d’un bâton posé au sol

 

 

  • 4 ans :

– Sauter d’un cerceau à l’autre (juxtaposés) 

– Shooter sur un ballon à l’arrêt (dans une direction donnée) 

 

 

  • 5 ans :

– Sauter en longueur à partir d’une marque 

– Arrêter une balle avec les pieds 

– Pousser un plot entre deux rangées de quilles

 

 

  • 6 ans :

– Dribbler, balle au pied en suivant un parcours entre des obstacles espacés de 80 cm 

– Jouer à la marelle

 

 

  • 7 ans et plus :

– Courir balle au pied, shooter vers un compagnon sans avoir arrêté la balle,

intercepter une balle au pied et repartir en courant : jouer au football

– Améliorer la qualité du travail avec le ballon

 

 

c. Coordination oculo-motrice globale

Le regard se combine au corps tout entier.

  • 3 ans :
  • Passer à travers un cerceau présenté verticalement.

 

 

  • 4 ans :
  • Même exercice mais le cerceau est présenté horizontalement à 40 cm du sol.

 

 

  • 5 – 6 ans :
  • Exercices à deux, chacun dans un cerceau :
  • – Se lancer un ballon de l’un à l’autre, en restant bien à l’intérieur du cerceau,
  • – En faisant rebondir la balle dans un cerceau placé entre les deux, dans le cerceau du partenaire, dans son propre cerceau.

 

 

  • Exercices en groupes, jeux de relais :
  • – Lancer accroupi : enfants placés en file, un meneur à deux mètres devant lance le ballon, le premier enfant reçoit le ballon, le renvoie et s’accroupit ; le meneur jette le ballon au deuxième enfant par-dessus la tête du premier accroupi, le relance et s’accroupit à son tour ; et ainsi de suite.
  • – Balle entre les jambes : faire rouler la balle en arrière entre les jambes des enfants placés en file indienne. Le dernier reçoit la balle et vient se placer devant.

 

 

Pour terminer la maîtrise du corps, nous aborderons prochainement la respiration, très importante pour la conscience du corps et la sensibilité, qui permet à l’enfant de mieux discerner ce qu’il reçoit du monde extérieur ou de son propre corps.