Candidature n°8

Ce cours de yoga a été pratiqué en milieu périscolaire avec des enfants entre 7 et 10 ans. Il a été fait pour calmer les tensions après une longue journée scolaire animée. 

– Le jeu du radeau favorise une cohésion de groupe qui permet d’apaiser des tensions entre enfants. Lorsque les enfants arrivent de récréation, il est difficile de commencer par une activité calme. Commencer par le radeau permet également de se recentrer.

– Le massage décontracte le visage, permet d’ôter son masque crispé et se relaxer.- La posture du chat soulage le stress.-  La posture de la rivière calme en faisant le bruit de l’eau qui coule. Cette posture libère les tensions du haut du dos, apaise et calme l’esprit. L’eau qui coule décontracte.

 – L’hippopotame qui s’agite étire le cou, les épaules, arrondi la colonne vertébrale et ouvre le cœur. Cela permet d’éliminer les tensions accumulées en portant son cartable et trop longtemps au bureau.

– L’oiseau favorise l’équilibre, la concentration et l’attention en montant sur 1/2 pointes.

– La grenouille sautante puis statique canalise et régule l’énergie et le calme.

– Le serpent permet d’ouvrir son cœur et libère les tensions.- Les bruits des animaux favorisent la respiration, évacuent le trop plein et permet une “vibration intérieure massante”.

– Les respirations permettent de libérer le diaphragme et le plexus et incite au lâcher prise. Ainsi j’aborde la notion de respiration en pleine conscience pour retrouver son calme comme pourrait faire l’hippopotame dans l’eau de la rivière.

– Dessiner les battements du cœur permet à l’enfant de visualiser son énervement. 

– La respiration de la fleur peut se faire les yeux ouverts et l’enfant pourra la faire seul par la suite pour se calmer et se recentrer. Les yeux fermés permettent une meilleure attention à soi.

–  Le fait d’écouter raconter une histoire apaise (conte africain de l’hippopotame, les Philobables de Michel Piquemal). 

– Ce conte permettra, dans un second temps, de philosopher sur la peur et comment surmonter la panique pour calmer ses tensions.

– Je ne pratique pas de visualisation à ce moment de la journée car les enfants vont rentrer chez eux pour les devoirs et autres activités et risquent d’avoir besoin d’énergie.

L’atelier Yoga: 

1/ Vivre ensemble
On fait une grande ronde et on se dit bonjour en clignant des yeux et en se regardant. Puis, en ayant délimité un espace carré ou rectangulaire, on s’imagine en radeau pour partir en Afrique. On se regroupe en son centre et au son tranquille du tambour, on marche puis on accélère le pas quand le son va plus vite. À l’arrêt du son, il faut que chacun soit bien réparti pour que le radeau ne chavire pas (2 ou 3 fois).


2/ Éliminer les toxines:Nous voilà arrivé et chacun va sur son tapis pour choisir son masque africain. En choisissant les couleurs apaisante et en imaginant que ses doigts sont des pinceaux, on dessine son masque sur son visage (massage front, tour des yeux, tour de la bouche et tapotis cou).

3/ et 4/ et 5/ Se mettre en bonne posture, bien respirer et se concentrer: Chaque enfant s’assoit en tailleur. Je raconte le conte de l’hippopotame puis on fait les postures (en gras dans le texte) ensemble…
” Un hippopotame (posture chat) traverse une rivière (à quatre pattes, en inspirant pose ton front au sol, en glissant ton bras au sol sous ton cœur et expire comme le bruit de la rivière que tu regardes couler loin).  Lorsque, soudain, l’un des ses yeux se détache et tombe au fond de l’eau. L’hippopotame se met alors à chercher de tous côtés. Il tourne et retourne sur lui-même, fouille à gauche, à droite, devant et derrière lui (en mimant et en s’étirant de tous côtés). Mais il ne trouve pas trace de son œil. En le voyant faire, les oiseaux ne cessent de lui crier: “Calme-toi ! Mais calme toi donc!” Mais l’hippopotame, affolé, ne les entend pas. Il lui faut absolument retrouver son œil perdu. Alors les flamands roses (piaillent), les grenouilles (coassent) joignent leurs voix à celles des poissons (bulle) et des serpents(zzzzz) … ” Calme-toi hippopotame ! Mais calme toi donc ! Finalement, l’hippopotame finit par les entendre. Il s’immobilise et les regarde. Aussitôt, la vase et la boue qu’il soulevait en pataugeant se posent au fond de la rivière. Et entre ses pattes, dans l’eau redevenue claire, l’hippopotame aperçoit son œil. Il le ramasse et le remet à sa place.”

6/ Se détendre : Chaque enfant a une feuille papier, un crayon et, suite à l’enchaînement des postures, met sa main sur son cœur et dessine un trait correspondant au bruit du battement de son cœur. Puis, en fermant les yeux, on revient au calme en mettant ses mains l’une contre l’autre au niveau de son cœur. On inspire, on ouvre ses mains en gardant en contact petits doigts et pouces et on expire en refermant ses mains (3 fois respiration de la fleur). La même chose au niveau du nombril puis au niveau du nez en sentant à chaque fois les sensations que produisent la respiration apaisée.
On se quitte en se saluant avec les yeux…

La pratique de Catherine vous a plu ? N’hésitez pas à voter pour elle sur Facebook !